Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

17 articles avec la p'tite histoire

1949... L'Année, avec un grand A...

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

Ah ? Une année qui me parle à moi aussi, et pour cause, c'est l'année de ma naissance..

Mais d'abord.. 1949.. ils ont 20 ans tous les deux.. ou presque.. André est né le 12 février 1929 et Marcelle, dite "Nénette", est née le 15 septembre 1929

  • 1949 : "L'union fait la rose".. Douai... "La Fleur au fusil".. écrivait-il..
  • La Fleur au fusil.. l'armée.. en Allemagne.. à Diez, comme chauffeur de la musique du Régiment (j'ai su lequel mais je ne retrouve pas)

(Diaporama - Cliquer sur une photo pour voir en grand format et faire défiler)

Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama

Diaporama

La quille qui arrivera plus vite que pour les autres... et pour cause...

Il envoie des cartes postales à sa chérie.. dont une au dos de laquelle il y a comme  une annonce...

Cliquer sur une photo pour voir en grand formatCliquer sur une photo pour voir en grand format

Cliquer sur une photo pour voir en grand format

  • L'Union fait la Rose.. (pourtant le carton sera bleu.. voir plus bas..)

Cette année là.. Le mariage, le 16 juillet 1949 à Douai..

Cliquer sur une photo pour voir en grand format
Cliquer sur une photo pour voir en grand formatCliquer sur une photo pour voir en grand format

Cliquer sur une photo pour voir en grand format

Et pour bien finir l'année...

Me voilà ! J'arrive au monde ! Je débarque dans leur vie !

(j'aurais bien aimé savoir pourquoi mon carton est bleu..)

Chargé de famille, mon père est démobilisé.. Et voila l'année 1950 qui se pointe.. et le retour à Seclin..

A suivre !

André, les 20 premières années..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

1929-1949..

  • 12 février 1929 : naissance d'André Gustave François, fils de Pierre Edgard Charlemagne DEBRABANT (32 ans), Négociant, marchand de Vins et Spiritueux et Simonne CREYF (22 ans), sans profession

Quelques images entre1929 à 1938..

Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..

Cliquer pour faire défiler..

Le "grand" frère, Michel, n'est jamais bien loin.. 😉

  • 1940 : la guerre.. exode au Portail*.. où, dit-il, il découvre le goût de la terre.. 
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..

*Propriété de la famille Motillon, l'oncle Georges et la tante Blanche, sœur de ma grand-mère Simone.

Extrait d'une ébauche de mémoires que le cousin Gilbert m'a gentiment faite parvenir en août 2020..

""Le Portail", ancien rendez-vous de chasse, était une bâtisse imposante d'une vingtaine de pièces, en état vétuste, entourée de douves et de 120 hectares de terres, surtout de forêt. L'endroit allait être le théâtre d'une forte affluence en mai 40,
car mon père y hébergea une grande partie de la famille seclinoise : oncles, tantes, cousins, cousines et même quelques amis, au total une trentaine de personnes, le temps que la guerre-éclair s'achève dans le nord de la France avec la capitulation de Pétain. Je fus bien-sûr de la partie, mais évidemment trop petit pour m'en souvenir. Mon père, en raison de son âge et de ses états de service, fut épargné par la nouvelle faucheuse. Malgré les circonstances, aux dires des plus anciens, ce fut un épisode dont tout le monde garda paradoxalement un souvenir très joyeux. La plupart des familles, y compris la nôtre, réintégrèrent Seclin dès le mois de juin. Oncle Pierre et tante Simone* nantis d'un jeune chiot qu'ils appelèrent "Portail" en souvenir. Ce chien de race indéfinissable, mais très intelligent, vécut très longtemps et je m'en souviens très bien.."

*mes grands-parents paternels

- Gilbert, Merci ! Moi qui me suis toujours posé des questions sur ce fameux Portail.. Et si tu me lis, et que tu vois une objection à ce que j'aie cité un extrait de tes écrits (copié-collé), fais m'en part.

(N.B. : Je ne pensais pas que je serai, moi aussi, en train d'écrire des "mémoires" deux ans après que tu m'aies fait parvenir ce premier jet de tes mémoires familiales..)

Ce que j'ai pu en entendre parler, du Portail..! Un jour nous y sommes même allés en pèlerinage, quand j'avais une dizaine d'années.. On a été reçus dans la famille Motillon là-bas. Je me souviens du tourain à l'ail..

C'est certain que ce fut une parenthèse joyeuse dans ce contexte de la guerre.. Puis quand il sont rentrés, il me semble que la maison avait été détruite.. (j'ai vu passer des photos, qui feront l'objet d'un autre billet).

  • 1941-42 : retour à Seclin. Gondecourt, je pense que c'est le collège... Vacances à la Ferme.. (Je n'ai pas de photos.. où si j'en trouve, j'y reviendrai)
  • 1944 : le choix. L'Ecole d'Agriculture de Wagnonville ((cliquer-->ici)
  • 1945 : "Nénette".. les fleurs.. la fleur

Et voila.. à Wagnonville il rencontre la fille des voisins de l'école, des horticulteurs, la famille Jovenet.. Marcelle, qu'on surnomme "Nénette", qui deviendra.. son épouse, puis ma maman.. (mais ça ce sera en 1949)

André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
  • 1947 : Les poires à Sin-le Noble.. Premier emploi.. (il s'était spécialisé en arboriculture, taille des arbres fruitiers..) A Wagnonville a été "inventée" la taille "Lorette".

"La taille courte d'été, ou taille Lorette, du nom de son auteur, M. Lorette, chef de pratique horticole à l'École d'agriculture de Wagnonville (Nord), s'applique au poirier et au pommier." (cliquer-->ici)

  • 1948 : Les Fleurs. Van den Heede.

(je ne trouve rien que cet extrait de la Voix du Nord qui parle de fleuristes "C’est le plus ancien établissement horticole de la métropole". Ce doit être ces Van den Heede là.. je suppose)

  • 1949 : "L'union fait la rose".. Douai... "La Fleur au fusil"..

Cette année là ! Quelle bonne année ! Mais ça fera l'objet d'un autre billet.. Année tellement importante.. 😉

L'Envie d'avoir Envie..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

L'envie de reprendre et d'écrire ici parce qu'il n'y avait pas que la boite à chaussures dans ce que j'ai ramené du Nord, fin juillet..

Il y avait un carton, avec des "papiers" et autres.. dans un triste état, certains tout collé, moisis.. Mais ça valait le coup d'y mettre les mains, quitte à les laver toutes les 5 minutes.. (oui, j'aurais pu, comme ça se fait, mettre des gants..).. J'ai profité de ces jours de "beau temps" un peu moins chauds (façon de parler) pour emmener ça, par paquets sur la table du balcon.. Et voila.. Découverte qui sera certainement la "colonne vertébrale", le fil rouge, de mes prochains billets..

Deux feuilles A4, écrites par mon père.. André Debrabant.

  • Chronologie de 1929 à 1989..
L'Envie d'avoir Envie..L'Envie d'avoir Envie..

Mon père avait beaucoup d'humour et maniait le second degré avec excellence.. Il y a des termes, des noms, des jeux de mots, que, pour ceux qui ne savent pas.. il faudra peut-être que je "traduise".. moi qui sais, peut-être pas tout, loin de là, mais qui ai su, ou entendu, ou deviné, quand même un peu de quelques une de ces "histoires"..

Aaaah.. 😁 mon gendre qui voulait en savoir plus sur les "personnalités" que mes parents ont rencontrées, croisées, cotoyées.. un jour, ou plusieurs, ou plusieurs mois, plusieurs années...

Mais il va falloir patienter le temps que je mette tout ça en ordre et que j'étaie avec les photos ! Car j'ai aussi des photos !

Qui veut des lettres manuscrites et des autographes de notre Brigitte Bardot nationale ? J'ai récupéré ceux de mon frère, de ma grand-mère.. Toute la famille en a eu.. même moi, dont je n'ai jamais parlé, (oui, oui, j'ai reçu un autographe personnalisé de BB) car je ne suis jamais allée à la Madrague, et ne  porte pas BB dans mon coeur plus que cela**. Mon frère, y est allé, je crois..  Bon, j'ai aussi des photos mais.. n'ayant pas (ou plus) l'auteur à portée, pour demander authentification et autorisation.. je me garderai de les partager.. Mes parents n'ont fait que passer quelques mois, à La Madrague d'avril à août 1982.

**J'ai encore souvenir de ce que mes parents m'en ont raconté, de cette "grande" dame.. des concombres qu'elle balançait à la tête de ma mère et des noms d'oiseau dont elle l'affublait, pour lui envoyer des gerbes de fleurs le lendemain. C'est clair que cette dame préfère les animaux aux humains..

Mais çà, c'était dans les années 80.. C'était l'introduction.. 😉

On va repartir du début.. du commencement.. de mes grands-parents paternels, qui donnèrent naissance, après mon oncle Michel en 1927, à mon père, André, le 12 février 1929..

L'Envie d'avoir Envie..
L'Envie d'avoir Envie..

A suivre..

Vingt et un Septembre..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

C'était en 1968

Vingt et un Septembre..
Vingt et un Septembre..

Evelyne Micheline Andrée Debrabant

Mariée le 21 septembre 1968, Nord-Pas-de-Calais - Douai, 59500, Nord, Nord-Pas-de-Calais, FRANCE, avec Jean-Pierre François Louis GUYADER 1946-1985 (Parents : Jean GUYADER 1920-2012 & Yvonne Lucienne MAYET 1922-1993)

21 Septembre 1968, suite et fin...

Publié le par lafamilledeve.over-blog.com

Le Repas !

Nous étions une bonne soixantaine de personnes.. Nous avions loué une salle, place St Amé, à Douai..

Il y eut d'abord le vin d'honneur, avec les amis et connaissances, tous ceux qui nous avaient fait l'honneur de leur présence à la cérémonie.. et ils étaient nombreux, mes parents étant commerçants..

Puis le repas.. entretemps nous étions allés faire les photos, en studio, comme ça se faisait encore à l'époque..

Le Menu..

 

21 Septembre 1968, suite et fin...21 Septembre 1968, suite et fin...

Vins et Champagne soigneusement choisis pas Papa.. quelques grands crus.. mis de côté pour l'occasion quand nous avions encore l'épicerie à Seclin.. (reprise entre temps par mon oncle et ma tante).

Au repas familial, le midi, entre les deux cérémonies (mairie le matin et église l'après-midi) , nous avons ouvert un Mouton-Rotschild 1949 ! Année de ma naissance.. Un magnum que papa avait soigneusement gardé de nombreuses années à la cave pour la circonstance.

Pour le menu, tout était "fait maison", les légumes "du jardin", les poulets de notre poulailler, élevés spécialement aussi pour la circonstance..

Le cuisinier était le frère de ma meilleure amie.

Puis nous avons dansé, sur les musiques de l'époque et au son des musiques antillaises de notre ami Cyril Aventurin !

Voila.. c'était il y a 50 ans..

J'espère remettre la main prochainement sur les albums photos et pouvoir en partager ici quelques unes..

Mise à jour de quelques individus !!

Publié le par lafamilledeve.over-blog.com

Mise à jour de quelques individus !!

J'ai pu travailler un peu sur mon retard hier soir.. C'est toujours ça de fait ! J'en suis à 505 individus !!

Et la semaine dernière j'ai même eu un coup de main de Jacqueline !

Jacqueline est la voisine de Papy Guyader dont j'ai fait la connaissance un jour sur Généanet ! Toute une histoire un peu longue à raconter ici, ce fameux hasard qui nous fait dire souvent que le monde est petit. Depuis nous avons eu le plaisir de nous rencontrer dans la vraie vie et de garder contact grâce à nos passions communes pour les blogs, la photo et la généalogie.. Et voila..

L'autre jour j'ai reçu un message par Généanet... et surprise :

Jacqueline SUREE (jsuree)
Vendredi 14 Février - 1
0:03

  • "Quand j'en ai fini avec les miens, je me plonge dans la vie des autres :-). J'espère que vous me pardonnerez. Comme je n'ai rien remarqué sur votre arbre je me suis dit que vous n'aviez peut-être pas encore été fouiller de ce côté de leur vie militaire.Tout ça pour vous dire que sur la fiche de votre GP* (AD59-registre militaire) il est mentionné qu'en 1940 il était domicilié au Château Le Portail à Jazeneuil (86).***

Et sur celle de votre AGP**, qu'en 1892 il était teinturier, qu'en 1893 il habitait Neuilly puis qu'en 1914-18 il a travaillé à la filature Lesur à Cires les Mello (60) puis toujours à Cires les Mello dans l'épicerie en gros...."

* mon grand-père paternel : Pierre Edgard Charlemagne DEBRABANT 1896-1958

** mon arrière-grand père paternel : Edgard Léon Gustave DEBRABANT 1872-1951

*** Le Château du Portail a appartenu à la famille Motillon, Blanche CREYF (épouse Motillon) étant la soeur de ma grand-mère paternelle Simonne CREYF

Alors, "le Portail"... et voila ce que je répondais à Jacqueline :

"Le Portail".. si vous saviez combien de fois j'en ai entendu parler.. Que j'ai l'impression presque d'y avoir vécu ! Et pourtant pas assez pour en avoir des souvenirs précis.. enfin, précis pour l'arbre.. mais j'ai pas mal de photos.. et plein de cartes postales de Jazeneuil et environs..

Toute la famille a "évacué" au Portail pendant la guerre.. Ils y ont vécu des années mémorables suffisamment pour y avoir gardé des amis à l'époque.. Ma grand-mère paternelle avait appelé son chien "Portail"......

D'autant que sur mon arrière-grand père paternel, à part qu'il était épicier en gros, et surtout "négociant en vins et spiritueux", et fondateur de l'entreprise d'épicerie (mon père avait mis sur son slogan "de père en fils depuis 1896") je ne sais rien du tout ! Comme mon autre agp, il a "disparu" de la famille pour aller vivre une autre vie ailleurs.. On ne parlait donc que peu d'eux, pour ne pas dire jamais.. Mes deux AGM, elles, restées seules donc, vivaient avec nous, dans les toutes premières années de ma vie..

Les traces que j'ai retrouvées, cependant, sont toutes dans le Nord.. à part les dernières années de mon AGP Debrabant, dont je savais qu'il était dcd à Arbois (nous étions allés sur sa tombe avec mes parents lors de vacances). Il a été l'objet de mes premières recherches et premiers éléments trouvés facilement, dont la découverte qu'il était divorcé de mon arrière-grand-mère et remarié.

Enfin voila.. Mais je suis consciente que plutôt que m'attacher à étudier les plus proches, je me suis plus attachée à remonter.. et sans doute un peu trop, au point de me perdre !! ;-)

Merci, Jacqueline ! On en reparle ! Ca nous changera de la photo !! ;-)"

Et ce n'était pas fini ! D'autres messages suivirent, avec des informations intéressantes que j'ignorais totalement !

  • "Sur l'acte de mariage Jovenet X Lafrance on note que Pierre Jovenet*** est décédé à Caen le 22/2/1899."
  • "Oui c'est bien votre petit cordonnier né en 1846.On peut se demander pourquoi il est venu mourir à Caen le 22 février 1899, au hameau de la Maladrerie. Mais quand on cherche un peu, voilà qu'on s'aperçoit que la Maladrerie était une prison......"

*** : Pierre Eugène JOVENET 1846-1899

Et voila comment on avance à petits pas.. parfois même sans chercher ! Merci Jacqueline !

Ci dessous, quelques photos, et un lien vers l'histoire du Château du Portail.

Mise à jour de quelques individus !!
Mise à jour de quelques individus !!
Mise à jour de quelques individus !!

Mon Grand-père, la boxe et... Georges Carpentier..

Publié le par lafamilledeve.over-blog.com

Mon Grand-père, la boxe et... Georges Carpentier..

..et l'occasion de partager quelques photos de mon grand-père paternel,

Pierre Edgard Charlemagne DEBRABANT

né en 1896.

qui fut champion local de boxe amateur catégorie poids plume ou mouche.. je ne sais plus bien..

Ma grand-mère et mon père m'ont rapporté qu' à cette époque il aurait échangé quelques crochets ou uppercuts avec Georges Carpentier... qui aurait 120 ans aujourd'hui.

Mon grand-père, l'homme au chapeau blanc.. Quelle élégance...

Mon grand-père, l'homme au chapeau blanc.. Quelle élégance...

Dors Min P'Tit Quinquin, Min P'Tit Pouchin...

Publié le par lafamilledeve.over-blog.com

Dors Min P'Tit Quinquin, Min P'Tit Pouchin...

Le P’tit Quinquin est une chanson du poète lillois Alexandre Desrousseaux (1820-1892), écrite en 1853 en ch'ti, une des deux langues régionales de la région française du Nord-Pas-de-Calais. Son titre original est L'canchon Dormoire, autrement dit berceuse. Mais plus qu'une berceuse, cette chanson illustre la vie intime des ouvrières dans ce Nord de la fin du XIXe siècle.... (la suite sur wikipedia)

Pour rendre hommage au chansonnier la ville de Lille fit élever une statue qui est située, square Dutilleul, en bordure de la rue Nationale.
Celle-ci est réalisée par le sculpteur Eugène DÉPLECHIN et fut inaugurée le 17 août 1902.
Cette jeune femme chantant une berceuse à son enfant pour tenter de l’endormir, se sent protégée sous le buste du chansonnier... (lire la suite sur Statues et Monuments de la Région Nord Pas-de-Calais)

Les paroles sont ici

La Braderie de Lille.. en 1968..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

La Braderie de Lille.. en 1968..

On vous a rebattu les oreilles tout ce weekend, avec cette Braderie de Lille, mais pour moi, ce jour de braderie, en 1968, fut un grand jour.. Celui où j'ai quitté définitivement mon plat pays..

En 1968, justement la Braderie tombait exactement le même jour que cette année.. enfin presque, car à cette époque, c'était du dimanche soir au lundi midi, et le lundi matin les magasins ouvraient pour vendre leurs soldes sur leur bout de trottoir..

Sur Wikipédia on peut lire l'histoire de la Braderie et que :

"De la fin des années 1940 jusqu'à la fin des années 1970, la braderie se déroulait du dimanche minuit jusqu'au lundi midi et avait lieu le premier lundi qui suit le premier dimanche de septembre ; la nuit était réservée aux bradeux alors que la braderie des commerçants se déroulait le lundi matin. Aujourd'hui, les horaires se sont décalés vers le week-end (samedi, dimanche) car le lundi est de moins en moins férié. La braderie est organisée le week-end du premier dimanche de septembre et dure (officiellement) du samedi en début d'après-midi au dimanche à minuit sans interruption pour les bradeux. La ville se transforme en un énorme « marché aux puces » où les cultures se croisent. De nombreuses animations (semi-marathon le samedi matin, concerts, manèges, etc.) accompagnent l'évènement."

Dans ma famille, c'était l'occasion pour les femmes d'aller, ensemble, ce lundi là faire les soldes et fouiller à la recherche des bonnes affaires, vêtements, linge de maison, vaisselle..

Ce lundi 2 septembre 1968, tradition oblige, nous partions ma mère, deux de mes tantes et moi "faire la Braderie".. particulièrement pour acheter les quelques petites pièces qui manquaient mon "trousseau"..(Vêtements, linge, de tout ce qu’on donne à une jeune fille lorsqu’elle se marie), et à ma liste de mariage...et oui.. je me mariais le 21 septembre 1968.

(La suite au prochain article...)

Mon article du 15 août : "Cette année là"

En photo, la plus belle pièce de mon trousseau : la nappe et les douze serviettes, en lin damassé, brodés par ma mère pour mon mariage. Elle avait aussi brodé deux paires de draps en métis..

Cette année là..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

Cette année là..

Je ne sais quel hasard a fait que ce matin je décidais de scanner cette carte commerciale qu'avait fait imprimer mon père... que j'ai retrouvée en ouvrant un carton de photos (toujours fermé depuis le déménagement..)

En regardant au dos, le calendrier de 1968, justement le second trimestre.. et en regardant le mois d'août,...

1968 : le 15 août était aussi un jeudi !!!

(J'en profite pour remonter un article de l'ancienne version de mon blog..)

1 2 > >>