Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

9 articles avec cette annee la...

L'Epicier de son temps..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

Nous y voila.. Les années "Seclin"

  • 1950 - "L'épicerie de Papa et Maman.. Seclin"

Marié, père de famille (de moi..) et démobilisé, André (mon père), après avoir travaillé dans la branche (c'est le cas de le dire) arboriculture-horticulture, choisit finalement de retourner vers l'épicerie de Papa et Maman..

Il fera le représentant de commerce.. Classe, avec sa Peugeot 203, non ?

"Représentant en confitures..."

Mon Grand-père en 1932

L'épicerie de mon grand père, Pierre Debrabant, épicier, marchand de vins et spiritueux, "de Père en Fils depuis 1896".. (c'était aussi dans le slogan de Papa, on verra ça plus tard....)

Ci-dessous des documents des années 30.. 

Une photo et des factures..

Mon grand-père, ma grand-mère (l'enfant doit être mon parrain Jean Turbelin) et des factures de l'époque.. (oui, les factures sont au nom des parents de mon parrain, à savoir la sœur jumelle de ma grand-mère, Suzanne et son époux Augustin Turbelin, qui tenaient un bistrot)

L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..L'Epicier de son temps..

Ah.. le Souka.. qu'on recevait par cuves entières (camions-citerne), puis qu'on mettait en fûts ou barriques (la différence ? hein ? moi je sais !).. Si mes souvenirs sont bons, le Souka était un vin d'Algérie .. un bon gros rouge qui tache..

Mais revenons aux années 50.. La cave

L'Epicier de son temps..L'Epicier de son temps..

 

  • 1951 : "Nanar" - Naissance de mon frère, Bernard, le 16 juin !

(J'ai juste 18 mois..)

Je n'ai hélas pas de photos de mon frère bébé.. 

En octobre de la même année, naissance de ma cousine Odile, chez mon oncle Michel et ma Tante Jeanne !

La famille s'agrandit !

Puis il y aura Guy, puis Sylvie, plus tard.... (qui n'est pas sur les photos)

L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..

Fin des années 50, fin des années d'insouciance..

"..et déconfiture"

La famille Debrabant éclate.. Mon oncle et ma tante quittent Seclin..

Papa reprend seul avec Maman, l'affaire d'épicerie en gros et ouvre un magasin d'épicerie de détail. Ma grand-mère restera avec nous et tiendra la comptabilité et la caisse.. Je m'en souviens de ces soirs où je l'aidais à faire la caisse, compter les billets et les pièces.. Et surtout qu'elle me disait "N'oublies pas de te laver les mains, c'est sale des sous !" 😆

"Debrabant, l'Epicier de son temps" est né ! Premier magasin "libre-service" du coin.. !

L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
  • 1959 : "l'épicerie à roulette"..

Un camion magasin, d'abord un "Tube" Citroën, puis des bus aménagés en magasin "libre-service"..

L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
L'Epicier de son temps..
  • 1964/1965 : "Bernard dans la cornière"

Mon p'tit frère quitte l'école et choisit de travailler comme apprenti monteur en cornière perforée (chez P.A.I. Profil Acier Idéal à Lille).. plutôt qu'entrer en 6e.. A l'époque on pouvait quitter l'école à 14 ans.. D'où les rayonnages en cornières perforées au magasin, dans les bus libre-service..

  • 1965 : "Evelyne se fait des cheveux".. 😉

Mon BEPC en main, je décide de quitter l'école pour devenir apprentie coiffeuse.. Mon père n'était as trop d'accord.. Il me voyait faire de hautes études commerciales.. oui, oui.. HEC.. Ben non.. Ma meilleure copine était apprentie coiffeuse (Coucou Brigitte !). Un coiffeur du salon où elle travaillait s'installait à son compte et cherchait une apprentie.. Allez hop.. J'y vais ! Il m'embauche ! A l'époque il fallait être présenté par les parents.. Finalement, ils n'ont pas dit non.. Me voilà apprentie coiffeuse, à Lille, en 1965.. Puis problèmes de santé.. Et mon "patron" qui doit se séparer d'une de ses deux apprenties.. Ce sera moi.. Fin 1966, j'arrête..

Dans le même temps, en juillet 1965, sur la base aérienne de Lesquin, j'ai rencontré celui qui deviendra mon mari, trois ans plus tard ! 😊..

1967 : Mon père me trouve du travail quelques mois comme secrétaire dans une école de pilotage à l'aéroport de Lille/Lesquin.. Puis je travaille à la comptabilité de l'entreprise paternelle avec ma grand-mère. Parallèlement, je prends des cours de "sténo-dactylo" chez Pigier, à Lille, puis à Douai, en 1968.. Pourquoi Douai ?...

  • 1967 : "Papy, c'est fini"..

Le 24 Octobre 1967, à Wagnonville (Douai), décès de mon grand-père maternel, Pierre Victor Jovenet.. Il a tout juste 59 ans.. Accident de carabine ou suicide.. on ne saura jamais.. En tous cas, moi, je ne saurai jamais.. J'ai 17 ans, c'est une histoire de "grands".. (Et plus personne pour m'en dire plus maintenant..)

Anecdote : Je résous à l'instant une énigme. Dans son manuscrit plus haut, mon père a écrit "Sylvie des Trois Ormes".. Je ne sais pas de quoi il s'agit. Par curiosité, là, à l'instant, ce vendredi 28 octobre 2022 où je suis en train d'écrire ce billet, je me dis "tiens je vais voir si il y a quelque chose à ce sujet sur Google".. Bingo ! Je découvre qu'il s'agit d'une série (à l'époque on disait "un feuilleton") qui se passe dans le domaine de l'agriculture et qui parle de l'avenir d'une ferme..

Voilà, au décès de Papy Jovenet, Mamy se retrouve, avec son beau-frère Augustin et mon arrière-grand-mère Jovenet, à la tête de l'exploitation horticole.. et donc Papa, dont c'est le métier d'origine.. réfléchit.. et envisage de "sauver Wagnonville". Puis l'épicerie va moins bien avec l'arrivée des "Auchan", "Carrefour", "Leclerc", etc.. Mon oncle Michel est revenu à Seclin et travaille à l'épicerie.. donc.. un choix sera fait.. Michel reprendra l'épicerie.

  • 1968 : "Sauver Wagnonville"
L'Epicier de son temps..

Papa et Maman.. Papa porte la blouse qu'il portait au magasin à Seclin..

Je pense que cette photo date de la période "entre deux".. où il est entre l'épicerie à Seclin et l'entreprise d'horticulture de Wagnonville (Douai)..

"Des couronnes et des croix" parce qu'on y fait de la production florale, pour les clients fleuristes, et pour le magasin de fleurs.. qu'ils allaient acquérir.. à Dorignies.. On en a fait des couronnes et des croix de fleurs..

Je reviendrai sûrement sur la période "L'épicier de son Temps".. Entre le magasin et l'aéroport de Lesquin et son amour pour  l'aviation qu'il fait partager à ses clients ! (et à toute la famille..)

Sur le manuscrit, il a écrit "Toute ma vie, j'ai rêvé...". Non il n'a pas rêvé d'être une hôtesse de l'air, mais de piloter.. et il l'a fait..

Et retour à Wagnonville..

La suite au prochain numéro !

1949... L'Année, avec un grand A...

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

Ah ? Une année qui me parle à moi aussi, et pour cause, c'est l'année de ma naissance..

Mais d'abord.. 1949.. ils ont 20 ans tous les deux.. ou presque.. André est né le 12 février 1929 et Marcelle, dite "Nénette", est née le 15 septembre 1929

  • 1949 : "L'union fait la rose".. Douai... "La Fleur au fusil".. écrivait-il..
  • La Fleur au fusil.. l'armée.. en Allemagne.. à Diez, comme chauffeur de la musique du Régiment (j'ai su lequel mais je ne retrouve pas)

(Diaporama - Cliquer sur une photo pour voir en grand format et faire défiler)

Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama

Diaporama

La quille qui arrivera plus vite que pour les autres... et pour cause...

Il envoie des cartes postales à sa chérie.. dont une au dos de laquelle il y a comme  une annonce...

Cliquer sur une photo pour voir en grand formatCliquer sur une photo pour voir en grand format

Cliquer sur une photo pour voir en grand format

  • L'Union fait la Rose.. (pourtant le carton sera bleu.. voir plus bas..)

Cette année là.. Le mariage, le 16 juillet 1949 à Douai..

Cliquer sur une photo pour voir en grand format
Cliquer sur une photo pour voir en grand formatCliquer sur une photo pour voir en grand format

Cliquer sur une photo pour voir en grand format

Et pour bien finir l'année...

Me voilà ! J'arrive au monde ! Je débarque dans leur vie !

(j'aurais bien aimé savoir pourquoi mon carton est bleu..)

Chargé de famille, mon père est démobilisé.. Et voila l'année 1950 qui se pointe.. et le retour à Seclin..

A suivre !

André, les 20 premières années..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

1929-1949..

  • 12 février 1929 : naissance d'André Gustave François, fils de Pierre Edgard Charlemagne DEBRABANT (32 ans), Négociant, marchand de Vins et Spiritueux et Simonne CREYF (22 ans), sans profession

Quelques images entre1929 à 1938..

Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..
Cliquer pour faire défiler..

Cliquer pour faire défiler..

Le "grand" frère, Michel, n'est jamais bien loin.. 😉

  • 1940 : la guerre.. exode au Portail*.. où, dit-il, il découvre le goût de la terre.. 
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..

*Propriété de la famille Motillon, l'oncle Georges et la tante Blanche, sœur de ma grand-mère Simone.

Extrait d'une ébauche de mémoires que le cousin Gilbert m'a gentiment faite parvenir en août 2020..

""Le Portail", ancien rendez-vous de chasse, était une bâtisse imposante d'une vingtaine de pièces, en état vétuste, entourée de douves et de 120 hectares de terres, surtout de forêt. L'endroit allait être le théâtre d'une forte affluence en mai 40,
car mon père y hébergea une grande partie de la famille seclinoise : oncles, tantes, cousins, cousines et même quelques amis, au total une trentaine de personnes, le temps que la guerre-éclair s'achève dans le nord de la France avec la capitulation de Pétain. Je fus bien-sûr de la partie, mais évidemment trop petit pour m'en souvenir. Mon père, en raison de son âge et de ses états de service, fut épargné par la nouvelle faucheuse. Malgré les circonstances, aux dires des plus anciens, ce fut un épisode dont tout le monde garda paradoxalement un souvenir très joyeux. La plupart des familles, y compris la nôtre, réintégrèrent Seclin dès le mois de juin. Oncle Pierre et tante Simone* nantis d'un jeune chiot qu'ils appelèrent "Portail" en souvenir. Ce chien de race indéfinissable, mais très intelligent, vécut très longtemps et je m'en souviens très bien.."

*mes grands-parents paternels

- Gilbert, Merci ! Moi qui me suis toujours posé des questions sur ce fameux Portail.. Et si tu me lis, et que tu vois une objection à ce que j'aie cité un extrait de tes écrits (copié-collé), fais m'en part.

(N.B. : Je ne pensais pas que je serai, moi aussi, en train d'écrire des "mémoires" deux ans après que tu m'aies fait parvenir ce premier jet de tes mémoires familiales..)

Ce que j'ai pu en entendre parler, du Portail..! Un jour nous y sommes même allés en pèlerinage, quand j'avais une dizaine d'années.. On a été reçus dans la famille Motillon là-bas. Je me souviens du tourain à l'ail..

C'est certain que ce fut une parenthèse joyeuse dans ce contexte de la guerre.. Puis quand il sont rentrés, il me semble que la maison avait été détruite.. (j'ai vu passer des photos, qui feront l'objet d'un autre billet).

  • 1941-42 : retour à Seclin. Gondecourt, je pense que c'est le collège... Vacances à la Ferme.. (Je n'ai pas de photos.. où si j'en trouve, j'y reviendrai)
  • 1944 : le choix. L'Ecole d'Agriculture de Wagnonville ((cliquer-->ici)
  • 1945 : "Nénette".. les fleurs.. la fleur

Et voila.. à Wagnonville il rencontre la fille des voisins de l'école, des horticulteurs, la famille Jovenet.. Marcelle, qu'on surnomme "Nénette", qui deviendra.. son épouse, puis ma maman.. (mais ça ce sera en 1949)

André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
André, les 20 premières années..
  • 1947 : Les poires à Sin-le Noble.. Premier emploi.. (il s'était spécialisé en arboriculture, taille des arbres fruitiers..) A Wagnonville a été "inventée" la taille "Lorette".

"La taille courte d'été, ou taille Lorette, du nom de son auteur, M. Lorette, chef de pratique horticole à l'École d'agriculture de Wagnonville (Nord), s'applique au poirier et au pommier." (cliquer-->ici)

  • 1948 : Les Fleurs. Van den Heede.

(je ne trouve rien que cet extrait de la Voix du Nord qui parle de fleuristes "C’est le plus ancien établissement horticole de la métropole". Ce doit être ces Van den Heede là.. je suppose)

  • 1949 : "L'union fait la rose".. Douai... "La Fleur au fusil"..

Cette année là ! Quelle bonne année ! Mais ça fera l'objet d'un autre billet.. Année tellement importante.. 😉

Un peu d'Histoire..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

Avec un grand H !

Je viens de voir cette publication qui concerne le Nord, les Flandres.. Pour ne pas la perdre, je la pose ici.. (ça fait l'occasion d'un nouvel article ! 😉)

Au jour le jour (@AuJourLeJour365 Site web culture et société) :

2 mai 1668 - Le traité d'Aix-la-Chapelle

La France et l'Espagne signent le traité d'Aix-la-Chapelle (Allemagne) qui met fin à la guerre de Dévolution.

🔹 La guerre de Dévolution 🔹
La guerre de Dévolution est déclenchée à la suite de la mort de Philippe IV, roi d'Espagne (et son beau-père de Louis XIV) le 17 septembre 1665. C'est la première guerre livrée par Louis XIV. Ce dernier réclame des villes du Nord-Est, possédées alors par l'Espagne.
En effet, lors de son mariage avec Marie-Thérèse, l'infante d'Espagne, une dot de 500.000 écus devait être versée contre quoi l'infante renonçait à son droit de succession sur la couronne espagnole.
La dot n'était toujours pas versée lorsque Philippe IV mourut et Louis XIV au nom d'une ancienne coutume, la dévolution, réclama ce qui lui était dû.
En 1667, Louis XIV avait donc déclaré la guerre à l'Espagne pour prendre possession des Flandres et du Brabant (régions des Pays-Bas et de la Belgique).

🔹 Louis XIV traite et signe le 2 mai 1668 la paix d'Aix-la-Chapelle 🔹
Les armées françaises, sous la conduite de Turenne, enlevèrent en 3 mois les places de la Flandre occidentale et, en dix-sept jours, commandées par Condé, toute la Franche-Comté.
Les Provinces-Unies et l'Angleterre s'inquiétant des ambitions du jeune roi, proposent leur médiation.
La France, par le traité d'Aix-la-Chapelle, gagnait ainsi 12 places fortes (dont Lille, Tournai, Douai, Charleroi et Armentières) mais dû restituer la Franche-Comté, qui ne sera totalement acquise qu'à la suite de la paix de Nimègue en 1679.

Un peu d'Histoire..
  • Répartition géographique de ma famille (toutes les générations).
cliquer sur les images pour les agrandircliquer sur les images pour les agrandir

cliquer sur les images pour les agrandir

Un peu d'Histoire..

A ce jour : 

  • Nombre d'individus : 859  (Dernière mise à jour le 01/05/2021)

Et mes ancêtres "Debrabant" à l'époque ?

Chronogramme réalisé sur Généatique

Chronogramme réalisé sur Généatique

Etaient ils "troussés" comme ceci ? 😂

Un peu d'Histoire..

Le 16 Juin 1951..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

Il aurait eu 69 ans aujourd'hui.. mon p'tit frère..

L'occasion de ressortir cette photo de nous deux, en 1964..

Premières "vacances" en famille.. On était partis une semaine, aller/retour, de Seclin à Chambéry, en passant par la Lorraine, la Bourgogne ! On dormait dans le combi VW ! Souvenirs, souvenirs..

Voila ! Maintenant que j'ai ouvert la boite à souvenirs, la page Généanet... je vais essayer d'avancer un peu, travailler quelques heures sur mon arbre généalogique..

Rajout à 19h45 :

Un personnage complété, ascendance remontée sur 3 générations (soit 9 générations en partant de moi) ! 😉

Il y a désormais 606 individus dans ma généalogie en ligne..

21 Septembre 1968, suite et fin...

Publié le par lafamilledeve.over-blog.com

Le Repas !

Nous étions une bonne soixantaine de personnes.. Nous avions loué une salle, place St Amé, à Douai..

Il y eut d'abord le vin d'honneur, avec les amis et connaissances, tous ceux qui nous avaient fait l'honneur de leur présence à la cérémonie.. et ils étaient nombreux, mes parents étant commerçants..

Puis le repas.. entretemps nous étions allés faire les photos, en studio, comme ça se faisait encore à l'époque..

Le Menu..

 

21 Septembre 1968, suite et fin...21 Septembre 1968, suite et fin...

Vins et Champagne soigneusement choisis pas Papa.. quelques grands crus.. mis de côté pour l'occasion quand nous avions encore l'épicerie à Seclin.. (reprise entre temps par mon oncle et ma tante).

Au repas familial, le midi, entre les deux cérémonies (mairie le matin et église l'après-midi) , nous avons ouvert un Mouton-Rotschild 1949 ! Année de ma naissance.. Un magnum que papa avait soigneusement gardé de nombreuses années à la cave pour la circonstance.

Pour le menu, tout était "fait maison", les légumes "du jardin", les poulets de notre poulailler, élevés spécialement aussi pour la circonstance..

Le cuisinier était le frère de ma meilleure amie.

Puis nous avons dansé, sur les musiques de l'époque et au son des musiques antillaises de notre ami Cyril Aventurin !

Voila.. c'était il y a 50 ans..

J'espère remettre la main prochainement sur les albums photos et pouvoir en partager ici quelques unes..

Il y a 50 ans, jour pour jour...

Publié le par lafamilledeve.over-blog.com

..50 ans, les "Noces d'Or".. mais nous ne les fêterons pas. La vie en a décidé autrement un jour d'avril 1985...

Mais j'ai rassemblé quelques souvenirs.. ceux que j'ai retrouvés, car je ne sais pas ou j'ai rangé l'album photos lors de mon déménagement...

En attendant...

Faire-part et carton d'invitation au vin d'honneur..
Faire-part et carton d'invitation au vin d'honneur..

Faire-part et carton d'invitation au vin d'honneur..

La traditionnelle photo de l'époque...

La traditionnelle photo de l'époque...

Archives... Cette Année là.. en 1954..

Publié le par lafamilledeve.over-blog.com

Quand j'habitais Seclin...

C'est moi, la plus grande,.. mon petit frère, Bernard, avec sa cravate, et mes cousins, Odile et Guy.

Et cette année là... on ouvre le premier tronçon de l'autoroute A1..

Cette année là..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

Cette année là..

Je ne sais quel hasard a fait que ce matin je décidais de scanner cette carte commerciale qu'avait fait imprimer mon père... que j'ai retrouvée en ouvrant un carton de photos (toujours fermé depuis le déménagement..)

En regardant au dos, le calendrier de 1968, justement le second trimestre.. et en regardant le mois d'août,...

1968 : le 15 août était aussi un jeudi !!!

(J'en profite pour remonter un article de l'ancienne version de mon blog..)