La Braderie de Lille.. en 1968..

Publié le par Evelyne Guyader-Debrabant

La Braderie de Lille.. en 1968..

On vous a rebattu les oreilles tout ce weekend, avec cette Braderie de Lille, mais pour moi, ce jour de braderie, en 1968, fut un grand jour.. Celui où j'ai quitté définitivement mon plat pays..

En 1968, justement la Braderie tombait exactement le même jour que cette année.. enfin presque, car à cette époque, c'était du dimanche soir au lundi midi, et le lundi matin les magasins ouvraient pour vendre leurs soldes sur leur bout de trottoir..

Sur Wikipédia on peut lire l'histoire de la Braderie et que :

"De la fin des années 1940 jusqu'à la fin des années 1970, la braderie se déroulait du dimanche minuit jusqu'au lundi midi et avait lieu le premier lundi qui suit le premier dimanche de septembre ; la nuit était réservée aux bradeux alors que la braderie des commerçants se déroulait le lundi matin. Aujourd'hui, les horaires se sont décalés vers le week-end (samedi, dimanche) car le lundi est de moins en moins férié. La braderie est organisée le week-end du premier dimanche de septembre et dure (officiellement) du samedi en début d'après-midi au dimanche à minuit sans interruption pour les bradeux. La ville se transforme en un énorme « marché aux puces » où les cultures se croisent. De nombreuses animations (semi-marathon le samedi matin, concerts, manèges, etc.) accompagnent l'évènement."

Dans ma famille, c'était l'occasion pour les femmes d'aller, ensemble, ce lundi là faire les soldes et fouiller à la recherche des bonnes affaires, vêtements, linge de maison, vaisselle..

Ce lundi 2 septembre 1968, tradition oblige, nous partions ma mère, deux de mes tantes et moi "faire la Braderie".. particulièrement pour acheter les quelques petites pièces qui manquaient mon "trousseau"..(Vêtements, linge, de tout ce qu’on donne à une jeune fille lorsqu’elle se marie), et à ma liste de mariage...et oui.. je me mariais le 21 septembre 1968.

(La suite au prochain article...)

Mon article du 15 août : "Cette année là"

En photo, la plus belle pièce de mon trousseau : la nappe et les douze serviettes, en lin damassé, brodés par ma mère pour mon mariage. Elle avait aussi brodé deux paires de draps en métis..

Publié dans La p'tite histoire

Commenter cet article